Préparez votre retraite sereinement !
09 52 57 30 37
Comment réussir à anticiper sa retraite ? C’est l’un des enjeux majeurs ...
Ce simulateur est là pour vous aiguiller
Démarrer la simulation !

Perp : un plan d'épargne qui ne s'adresse pas à tous les profils

Publié le jeudi 08 juin 2017

« Épargne : quelles sont les clés du bon placement ?

Retour aux articles

Tour d'horizon des meilleurs plans d'épargne retraite populaire »

Le PERP (Plan Epargne Retraite Populaire) est un produit qui permet d’épargner pour la retraite. Contrairement à d’autres produits comme le PEA, le but du PERP est d’obtenir un revenu complémentaire à la retraite, il ne peut donc pas être débloqué n'importe quand.

Ce plan est ouvert à tous, mais nous allons voir que dans certaines situations, il n’est pas forcément adapté. 

Nous allons décrire dans un premier temps le fonctionnement de ce produit puis dans un deuxième temps, nous allons vous expliquer pourquoi tout le monde n’a pas d’intérêt à ouvrir un PERP.

Le fonctionnement général du PERP 

Ce produit fonctionne en deux temps. La première partie correspond à la phase d’épargne du plan. Chacun peut ainsi décider d’ouvrir un PERP et peut cotiser suivant ses envies dans la limite de 10% de son revenu annuel limité à 8 fois le PASS (Plafond annuel de la sécurité sociale).

Durant la phase d’épargne qui correspond à la vie active du souscripteur, le plan est bloqué jusqu’à la retraite. Les sommes ainsi versées ne seront disponibles qu’à ce moment là, sous certaines conditions :

-expiration des droits au chômage de l’assuré

-cessation d’activité non salariée suite à un jugement de liquidation judiciaire

-invalidité

-décès du partenaire PACS ou du conjoint

-Surendettement de l’assuré

Durant la phase d’épargne, les sommes versées sur le plan sont déduites du revenu imposable. Par exemple, une personne située dans la tranche à 30% qui verse 1 000€ sur son PERP va déduire cette somme de son revenu imposable. Cela implique une réduction d’impôt de 300€ pour 1 000€ versés.

A la retraite, il existe plusieurs options : une sortie totale en rente qui permettra alors d’obtenir un complément de revenus chaque mois ou une sortie avec une partie en capital (20% au maximum) et le reste sous forme de rentes viagères.

Durant la phase d’épargne, les sommes versées sur le PERP permettent de baisser la fiscalité du souscripteur. A la retraite ces rentes sont imposées à la tranche marginale de l’assuré comme des revenus normaux. 

L’intérêt d’ouvrir un PERP

Le PERP permet d’obtenir une baisse d’imposition en contrepartie de l’immobilisation des sommes durant toute la période de cotisation.
Logiquement, plus les assurés sont fortement imposés plus les sommes déposées sur le plan amènent une diminution de l’impôt (pour 1000€ versés avec une tranche à 14% la réduction d’impôt est de 140€, pour 1000€ versés avec une tranche à 41% l’économie d’impôt est de 410€).

Ainsi, plus le contribuable est situé dans une tranche élevée et plus l’économie d’impôt sera grande.

Cependant, il faut aussi prendre en compte le fait que les rentes à la retraite sont fiscalisées. Ainsi, ce revenu complémentaire est imposé à la tranche marginale d’imposition, ce qui a pour effet d’alourdir logiquement la fiscalité des personnes concernées.

Pour que le gain soit intéressant entre la phase d’épargne et la phase de rente, la tranche marginale du souscripteur doit baisser. Ainsi, l’économie d’impôt engendrée durant l’épargne sera toujours inférieure au supplément durant la phase de rente.

Pour une personne qui ne change pas de tranche entre la vie active et la retraite, il n’y a aucun gain fiscal. Dans ce cas, pourquoi bloquer des sommes durant toute la vie active et non souscrire un support qui autorise des retraits en cours de vie ? 


En cas de doute, il est préférable de se rapprocher d’un conseiller en gestion de patrimoine qui  pourra vous guider sur toute cette stratégie.